Florian LE PRIOL – Cinéma d’animation

Florian Le priol, 24 ans, est un ancien étudiant en cinéma d’animation sorti de l’école Pivaut en 2009.

Florian Le Priol, illustrateur-auteur livre jeunesseD’où venez-vous ?

Je suis originaire de la ville de Vannes et j’ai fait toutes mes études en Bretagne.

Pourquoi avoir choisi l’école Pivaut pour vos études d’arts appliqués ?

Car c’était selon moi la meilleure et la plus appropriée en vue de mes attentes personnelles, au niveau des techniques, des manières d’enseigner et des matières étudiées.

Avez-vous effectué l’année Préparatoire de mise à niveau ?

Non

Qu’est-ce qui vous a plu dans votre formation ?

Le plaisir de dessiner chaque jour, d’apprendre constamment de nouvelles choses par le biais des enseignants mais également des élèves (anciens ou nouveaux). Cet effet d’émulation « positive » que l’on ne retrouve pas forcément dans beaucoup de formations, qui entraîne un besoin de se surpasser à tout moment, mais toujours dans un esprit d’évolution qui essaye de gommer le côté jalousie et de garder cette notion de partage. L’école met beaucoup de pression sur ses étudiants : classement entre les classes et les élèves en fonction des résultats obtenus, sélection par moyenne générale pour les passages en années supérieures, travail personnel très conséquent, mais tout cela apprend trois choses importantes et obligatoires pour notre vie professionnelle, Rigueur, Qualité du travail et Patience. Ce qui m’a plu aussi est la rencontre avec des intervenants de renom, travaillant dans les milieux de nos formations, pouvant ainsi nous apporter de nouvelles connaissances pratiques et techniques sur nos futurs métiers.

Vous avez réalisé des stages lors de vos études en animation à l’école Pivaut, chez qui ?

Oui durant ma formation j’ai réalisé deux stages obligatoires de deux mois chacun, en studio d’animation. Le premier stage à la fin de ma deuxième année d’étude, dans le studio « Cyrus production » basé dans la ville d’Albi, où j’étais, avec plusieurs de mes amis, chargé des recherches graphiques sur plusieurs projets d’animations 2d ou 3d et j’ai aussi participé à la réalisation d’animations de personnages sur le logiciel « Flash ». Mon deuxième stage s’est effectué un an plus tard, à la fin de ma troisième et dernière année, stage trouvé grâce au jury de mon diplôme et à mon projet de fin d’étude. J’étais, pour cette fois là, animateur 2d Flash à Angoulême dans le studio d’animation « 2 minutes », en vue de réaliser des épisodes pour une éventuelle série télé animée diffusée sur canal J.

?

Qu’avez vous fait à la sortie de l’école Pivaut – section dessin d’animation ?

J’ai eu du mal à trouvé un poste directement à la sortie même de l’école malgré mon bagage de connaissances assez conséquent appris au fur et à mesure des années passées. Comme dans tout métier il faut du temps pour se faire connaitre, se faire voir, montrer ce que l’on sait faire. On sort de l’école et on affronte un monde qui n’est pas forcement accessible au départ. Mais, à force de rencontre, de culot, de discussions, de travail et d’une part de hasard les portes se sont ouvertes peu à peu. J’ai débuté par la réalisation de peinture sur toile, affiches de spectacles et pochettes de cd pour un conteur, pour devenir ensuite monteur et animateur 2d sur « after effect », j’ai fais un remplacement de directeur artistique sur Paris et de fil en aiguille je me suis éloigné de ma section d’origine pour devenir illustrateur jeunesse.

Pouvez nous dire dans quelle(s) entreprise(s) vous (avez) travaillez et à quel(s) poste(s) ?

J’ai travaillé en freelance et dans l’entreprise en partenariat avec Le studio d’animation« Caribara » Basés sur Paris, j’étais alors monteur et animateur 2d sur le logiciel « After effect ». Je suis aujourd’hui, en tant qu’illustrateur amené à travailler avec plusieurs maisons d’éditons basées un peu partout en France ainsi que de nombreux auteurs.

?

Recommanderiez-vous l’école Pivaut ? pour quelles raisons ?

L’école Pivaut est une très bonne école, difficile, exigeante, rigoureuse, mais formatrice. Je recommanderais cette école aux personnes motivées et étant sûre que le dessin est leur passion.

Avez-vous des projets personnels professionnels ?

En tant qu’illustrateur jeunesse, j’ai dans l’optique de réaliser plusieurs livres dont je serai l’auteur. En projet, un livre jeunesse retraçant mon court métrage de fin d’année « Luz » en partenariat avec une auteure.