Interview de Marie Bouchet, diplômée de l’école Pivaut en animation 2D

publié le 28 juin 2016

  • Marie Bouchet, chef assistance animatrice sur le film la Tortue Rouge

Entretien avec Marie Bouchet, chef assistante animatrice sur le film d’animation « La Tortue Rouge »

Suite à l’avant-première du film « La Tortue Rouge » où elle était présente, nous avons interrogé Marie Bouchet, diplômée de l’école Pivaut en animation 2D en 2011.

Marie a eu le privilège de travailler sur la production du film d’animation aux côtés de Michaël Dudok De Wit.

1 / Quel était votre rôle dans la fabrication du film ?

Après avoir travaillé sur le film  « Loulou, l’incroyable secret » de Grégoire Solotareff et Eric Omont, j’ai participé au développement graphique des personnages du film la « Tortue Rouge », pour ensuite occuper le poste de responsable de l’assistanat d’animation des personnages, c’est-à-dire la phase finale du dessin d’animation (trace clean, intervalles, respect des modèles…).

On était cinq à Angoulême et j’ai supervisé également une équipe d’une douzaine de personnes au studio Kesckemét Films en Hongrie.

2 / Quelles sont les qualités professionnelles les plus importantes à vos yeux ?

Pour commencer, c’est la capacité d’adaptation, savoir se plier aux exigences d’une production selon le style graphique et le rythme de travail demandés.

C’est à l’école que j’ai appris à répondre aux contraintes fixées par les professeurs et ça m’a beaucoup aidé par la suite.

Mais il ne faut pas hésiter aussi à prendre des initiatives, à ne pas faire seulement ce qu’on attend de nous mais aller au-delà, tout en respectant les contraintes de production.

?

Travailler en studio d’animation : compétences et qualités requises

3 /Avez-vous des conseils à donner à nos étudiants pour leurs premiers pas dans un studio ?

Qu’ils restent dans une dynamique d’apprentissage. Ils ont appris les bases à l’école, les logiciels, les techniques, le dessin mais ils vont découvrir les mécanismes de production en studio.

Chaque production est différente et donc toutes les expériences sont intéressantes et bonnes à prendre, que ce soit dans la série ou le long métrage.

Qu’ils soient très à l’écoute, qu’ils aillent même glaner des informations et qu’ils fassent leur maximum pour mettre en pratique tous les conseils qu’ils reçoivent.

4/ Travailler, dessiner en reprenant le style graphique d’un autre, c’est difficile ?

Ça se construit. Ça demande du temps pour certains et d’autres vont aller très vite. Tout dépend aussi de la sensibilité de chacun par rapport au style de la production.

Pour le film « Loulou », je me suis retrouvée très vite dans le graphisme de Solotareff. Le style de dessin du film « La Tortue Rouge » demandait une construction de personnages plus aboutie. C’est une question de regard, prendre le temps d’observer pour comprendre et reproduire.

Il faut aussi avoir des connaissances anatomiques pointues pour être capable de répondre à des styles graphiques plus ou moins réalistes.

Même s’il ne faut pas hésiter à se diriger vers les productions dans lesquelles on se retrouve le plus, c’est très enrichissant de travailler sur des styles graphiques différents, c’est nourrissant.

5 / Quels sont vos projets personnels ?

Je travaille sur un court métrage. J’ai commencé à développer avec le studio Prima Linea l’histoire et l’univers graphique.

La technique sera traditionnelle sur papier, à l’encre et au pinceau. C’est une histoire à l’ambiance poétique autour du deuil.

?

Former aux métiers de l’animation 2D à l’école Pivaut Nantes

6 / Que retenez-vous de votre formation à l’école Pivaut ?

J’ai appris exactement ce que j’étais venue chercher. Le dessin académique m’a donné les bases importantes pour mon futur métier.

J’ai pu déterminer mes faiblesses et mes points forts pour mieux me connaître graphiquement et savoir dans quel style de dessin je me sentais le plus à l’aise.

Au départ, je voulais faire de l’illustration ou de la bande dessinée et j’ai découvert l’animation en entrant en prépa, avec les travaux des deuxièmes et troisièmes années en animation 2D.

J’ai trouvé ça magique de pouvoir donner vie aux personnages. Ajouté à la richesse du médium audiovisuel : musique, rythme narratif, son, histoire…

On doit vraiment mettre en oeuvre un large panel de compétences, à travers le travail d’équipe. C’est aussi ce qui me plaît dans mon travail : plus c’est complexe, plus j’aime !

 

Merci Marie. Vous travaillez maintenant sur une nouvelle production de Lorenzo Mattotti, « La fameuse invasion des ours en Sicile ».

On vous souhaite bonne chance et à très bientôt pour la sortie de ce long métrage.

+

Interview de Marie Bouchet, diplômée de l’école Pivaut en animation 2D

28 juin 2016

+

Exposition peintures – Joris Le Dain

09 janvier 2017

+

Interview dans le magazine l’Etudiant

11 novembre 2013

+

Sous la Surface sélectionné au BCN Sports Film Festival 2017

19 avril 2017