Comment devenir illustrateur

L’illustrateur use de son talent artistique, de son coup de crayon pour éclairer, illustrer, enrichir, magnifier des textes.

Du support papier (livre pour la jeunesse, magazine, affiche publicitaire, etc.) au site web en passant par les jeux vidéo, la publicité, l’illustrateur exerce son art en traduisant une idée en images. C’est avant tout un amoureux du dessin.

Voici des informations sur différents aspects du travail, les compétences à acquérir et les études à suivre pour vous lancer dans ce projet de vie.

Le métier d’illustrateur

L’illustrateur crée un univers graphique en utilisant diverses techniques : 

  • – Aquarelle, collage, dessin… ou à l’aide de logiciels spécialisés.
  • – Print (affiche, livre, magazine, plaquette, marque-page, journal…)
  • – Multimédia (CD-Rom, DVD, site Internet, jeu vidéo…)
  • – Audiovisuel (spot TV, vidéo de présentation d’entreprise…)

A lui d’adapter ses techniques à ces différents modes d’expression.

Selon le secteur d’activité dans lequel il exerce, les contraintes varient mais l’objectif reste le même, à savoir traduire un message, un concept, avec quelques coups de crayon afin d’attirer l’œil du lecteur, du consommateur ou du joueur.

« Dessiner c’est mettre des patins à son imagination, c’est réinventer les choses, des objets, c’est parler et dire à travers des formes, des ombres », note l’écrivaine canadienne Louise Portal.

Les compétences de l’illustrateur

Connaître et maîtriser tous les outils

Pour prétendre exercer ce métier avec les meilleures chances de succès dans un monde très concurrentiel, l’illustrateur doit évidemment maîtriser les techniques de base du dessin mais aussi les principes de colorimétrie, les logiciels de création d’images et de retouche car l’informatique est désormais très présente dans la profession. Le travail à la craie, au fusain et à la peinture était auparavant naturel, aujourd’hui les logiciels de conception graphique constituent les outils principaux des illustrateurs.

La créativité

C’est la principale qualité de l’illustrateur. Artiste, il fourmille d’idées d’illustrations et sait les retranscrire dans un dessin avec originalité et personnalité.
Sa « patte », son style bien à lui, c’est un bon moyen de faire la différence. Qui plus est, les qualités de l’illustrateur doivent différer selon le type de dessin dans lequel il se spécialise.

Bien que cette profession implique de faire parler sa créativité, l’illustrateur doit prendre en compte les contraintes à respecter pour mener à bien un projet, souvent présentées dans un cahier des charges comme le support, la charte graphique, les délais

Quelle formation pour devenir professionnel de l’illustration ?

Durée et conditions d’entrée

Plusieurs types de formations permettent d’exercer le métier d’illustrateur. L’École Pivaut propose un cursus illustration complet à Nantes et Rennes dispensé en 3 ans, à condition de passer le concours d’entrée avec succès.

Année préparatoire facultative

Afin d’acquérir le niveau technique et exploiter votre talent au mieux, une année préparatoire facultative en dessin narratif ou en arts appliqués vous permettra de commencer dans les meilleurs conditions pour accéder à la formation aux métier de l’illustration.

Une formation orientée métier

Les cours sont dispensés par des professionnels du dessin en activité. Ils sauront vous accompagner, répondre à vos questions en restant orientés sur votre objectif de travailler dans l’univers de l’illustration.
L’immersion dans le monde professionnel se fait au moment des stages obligatoires en entreprises en 2e et 3e année.

Fin d’études et spécialisations possibles

Présentation d’un travail personnel devant un jury de professionnels extérieurs à l’école à l’issue de 3ème année.
A la suite de cette formation, vous pouvez vous orienter vers une spécialisation à des métiers spécifiques : dessinateur de bande dessinée, peintre en décor ou motion designer.

Témoignages et avis

Découvrez quelques témoignages d’anciens élèves de l’Ecole Pivaut, comme

– Denis Bechu, Nicolas Siner, Valentin Sécher et Krystell, qui se sont épanouis dans la bande dessinée
– Solène Debies, illustratice de mode
– Hervé Dauce, qui s’est spécialisé dans la décoration peinte.

La carrière et ses possibilités d’évolution

L’illustrateur peut travailler au sein d’une société, s’il est salarié ou dans un atelier, à domicile en indépendant (freelance).

Un secteur varié et concurrentiel

Ses clients sont les maisons d’édition et de presse, les agences de publicité, qu’il démarche afin de trouver des commandes. Mais il n’est pas toujours facile de sortir du lot face au grand nombre d’illustrateurs sur le marché : être polyvalent au début permet donc d’élargir son champ d’intervention.

Développer son réseau

Le temps passé aux côtés d’autres étudiants permettent de nouer des relations, de se créer un réseau bien utile durant la carrière. Les interaction sociales et professionnelles sont une clé importante au moment de trouver des contrats.

Des possibilités de débouchés multiples

Illustrateur graphiste, maquettiste, concepteur artistique, dessinateur et pourquoi pas illustration de mode ou pour la jeunesse …

Au fil de ses expériences, l’illustrateur pourra atteindre les postes plus en vue comme responsable de studio, chef de création, directeur artistique.

Les droits d’auteur, la rémunération

Si l’illustrateur travaille en freelance, à la commande, il négocie ses honoraires ou ses droits d’auteur. En tant que salarié, il cède les droits d’exploitation de ses créations selon des modalités définies avec son employeur dans son contrat de travail.

La fourchette de rémunération est donc très large en fonction du statut, de la renommée, du domaine d’intervention.